Quelle etait l’espace et l’existence des femmes au moyen Age dans la agence medievale ?

Celle-ci se declinait suivant la diversite des ages et des positions sociales, suivant l’espace occupee dans la famille, au sein du couple avec rapport a Notre sexualite, ainsi, au role primordial une maternite. Le simple mystere de l’enfantement inspire d’ailleurs la crainte des hommes et justifie a lui seul l’idee que la femme est un etre demoniaque, capable de charmer et d’envouter. D’la petite-fille a la grand-mere, d’la paysanne a la moniale en passant par la gente dame, c’est pourtant tout un univers meconnu qu’on redecouvre depuis peu.

La jeune copine au moyen Age

Au moyen Age, notre vie d’une jeune copine se divise en trois periodes: l’enfance qui dure jusqu’a l’age de sept ans, la jeunesse jusqu’a quatorze ans, ainsi, notre vie de femme de quatorze a vingt-huit annees, au-dela desquels la femme entre dans la vieillesse, alors que l’homme n’est considere vieux qu’a cinquante ans. Notre majorite est fixee par la loi canonique a douze annees Afin de nos filles, quatorze Afin de les garcons. Passe le peril en petite enfance la fillette est de toute facon consideree via les clercs comme votre etre imparfait, un petit animal prive de raison. Cependant on concede aux petites meufs cette part de purete et d’innocence qu’il faudra preserver au prix tout d’un dressage severe.

A une naissance, l’enfant bien ne est confie a une nourrice tandis que les pauvres elevent elles-memes leur nouveau-ne. Celui-ci reste baigne puis enveloppe dans un linge de lin pour les riches, de chanvre pour les autres. Sur cette piece reste dispose votre lange croise sur le sur. Plusieurs bandes de lin ou de chanvre emmaillotent l’enfant concernant le tenir droit, votre petit bonnet le coiffe l’hiver : le beguinet. Lorsque la petite marche, elle portera une chemise tel les garcons, une longue tunique fendue rouge, verte ou rayee. Mes pauvres la tailleront dans de vieux vetements. Vers deux ou trois ans l’enfant reste sevre. C’est une etape cruciale car un enfant dans trois meurt avant d’atteindre l’age de cinq annees. Souvent pousse par la pauvrete on abandonne l’enfant, surtout si c’est une fille.

A sept ans, filles et garcons suivent des voies plusieurs. En familles riches, des meufs apprennent a filer la quenouille, a broder ou tisser des rubans. C’est l’age ou elle est en mesure de etre offerte a un monastere ou fiancee. Dans les campagnes, la fillette est aupres de sa maman Afin de vaquer au lait du menage et des travaux des champs, du tissage, d’la garde des animaux. Elles grandissent au sein de fratries ou nos aines jouent votre role important. Au XIIe siecle le dominicain Vincent de Beauvais recommande d’eduquer nos filles dans l’amour d’la chastete ainsi que l’humilite. C’est pourquoi les meres veillent a ce que des filles soient modestes, travailleuses et soumises.

Quant https://datingmentor.org/fr/wamba-review/ a toutes les filles nobles, elles seront souvent confiees depuis le bas Moyen Age a des moniales qui leur enseignent la lecture, l’ecriture et les travaux d’aiguille. Notre legiste Pierre Dubois va jusqu’a proposer qu’elles apprennent le latin, les sciences et legerement de medecine au moyen age. Elles sont aussi plus instruites que des garcons qu’on occupe a se former a la guerre. J’ai vocation de la femme medievale est orientee par un unique but : le mariage et J’ai maternite.

Les metiers des jeunes filles au Moyen Age

Meme mariees, les femmes exercerent de multiples metiers au moyen-age: en ville elles pourront travailler dans le commerce, le secteur du textile ainsi que l’alimentation (boulangerie, fabrication en biere et industrie laitiere) ou encore en tant que lingeres, bonnetieres, couturieres, blanchisseuses, servantes. Les salaires feminins paraissent reellement inferieurs a celui des hommes. A sa campagne, elles participent a toutes les travaux des champs, soins et garde des animaux, tenue en maison, tissage et filage du lin, cuisson du pain, preparation des repas et entretien du feu. Et bien via, elles s’occupent des bambins.Si la paysanne doit savoir tenir sa maison ; la bourgeoise et l’aristocrate doivent apprendre a diriger des domestiques, acquerir des notions de chant et de danse, se bien tenir en societe mais aussi coudre, filer, tisser, broder, ainsi que gerer ses domaines surtout en l’absence de l’epoux.

L’eglise regarde les femmes instruites d’un mauvais ?il, elle insiste surtout dans l’education religieuse Afin de toutes. La jeune fille devenue pubere fera peur : elle reste etroitement surveillee par ses parents. La beaute feminine tantot redoutee tantot desiree, reste un objet de fantasme pour les hommes. Pour nos clercs, elle reste associee au diable, a J’ai tentation, au peche, mais elle est celebree avec nos chantres de l’amour courtois, elle inspire chevaliers et troubadours.

Les canons en beaute

Au XIIe siecle l’actrice ideale du Moyen Age doit etre elancee, avoir la taille mince des cheveux blonds ondules un teint de lys et de rose, une bouche petite et vermeille, des dents blanches et regulieres, de longs yeux noirs, un front haut et degage, le nez droit et fin. Pieds et mains sont fins et races, les fesses etroites, les jambes fines mais galbees, nos seins petits, fermes et bas places, la peau tres blanche. Ces criteres de beaute ne changeront pas chez les auteurs du XIIe au XV siecle. Le gout Afin de un large front s’accentuera a Notre fin du Moyen Age, si bien que l’actrice tirera a l’exces ses cheveux a l’arriere et aura recours a l’epilation. Elle emploiera des artifices pour souscrire a l’ideal masculin.

Mes sorcieres

Pendant des siecles, la femme incarna le malefice. Mes proces de sorcieres , veritable cri de haine contre les femmes, seront l’aboutissement de longs siecles de misogynie clericale. Fille d’Eve, la femme est responsable de l’expulsion du jardin d’Eden en connivence avec le serpent, et elle ne peut s’empecher de jeter des sorts. Castratrice, elle peut faire croire que le membre viril fut enleve du corps de l’homme via le nouement de l’aiguillette ! Accusees de magie noire, de sorcellerie et d’envoutements, ces dames « heretiques» brulerent par milliers sur les buchers de l’inquisition. En 1275 pantalon brulee la premiere sorciere condamnee avec un tribunal ecclesiastique.

Beaucoup de maladies nerveuses etaient assimilees jusqu’au XVe siecle a des possessions qui suscitaient terreur et aversions. On pensait que celui-ci s’agissait de creatures du demon. En 1330, le pape Jean XXII donnera une nouvelle impulsion aux proces de sorcellerie. Deux dominicains Allemands Heinrich Institutori et Jacob Sprenger ecrivirent en 1487 un traite qui devait rester pendant deux siecles la base de la procedure contre la sorcellerie : « le marteau des sorcieres », a la suite duquel la chasse aux sorcieres prit une ampleur considerable au XVIe siecle et au XVIIe. Il fallut attendre le XVIIIe siecle pour que cessent ces proces monstrueux, sous l’influence d’une pensee rationaliste et des intellectuels du siecle des lumieres.