Nous vous invitons a lire le propos de cloture de notre Universite de rentree 2021, prononce avec Francois Bayrou, President du Mouvement Democrate.

Seul le prononce fera foi.

C’est grand, Stanislas, que, pour nous, Guidel a une resonance particuliere. Il y a des annees et des annees que nous nous retrouvons tous les ans ici dans une telle ambiance familiale et, votre annee, ces retrouvailles avaient votre parfum particulier de renaissance apres de grandes parentheses.

Cela represente donc pour nous votre sens particulier. Le sens particulier, c’est, Par exemple, que nous reussissions a nouveau a confronter les remarques, nos convictions, avec vous, Monsieur le Premier ministre, avec toi, Jean, que nous sommes vraiment content d’accueillir, car nous sommes vraiment heureux de travailler avec toi.

Avec toi, Jean, que nous sommes heureux d’accueillir, car nous sommes heureux de travailler avec toi, dans une ambiance dont j’ai evoque, ils font une minute, qu’elle etait marquee via une communaute d’attitudes et une loyaute affectueuse.

Ce ne semblent nullement des mots que nous utilisons forcement en politique, car ce ne sont gui?re des realites que nous rencontrons toujours en politique, mais J’ai voulu te dire que j’ai ete la situation.

Nous avons accueilli, en meme maniere, Richard Ferrand.

Je gi?re a mentionner que, au moment de construction que nous avons commence, Richard Ferrand fut, chaque semaine et chaque jour, actif et attentif et nous etions donc heureux de nous trouver en Bretagne, dans sa region avec lui.

Stanislas Guerini a exprime, lui aussi, a sa maniere, une telle communaute de pensees et d’ambitions.

Je salue egalement l’integralite des notres : Olivier Fesneau, Patrick Mignola, Jacqueline Gourault, Genevieve Darrieussecq, Sarah El Hairy, Nathalie Elimas, la totalite des deputes, au feminin et masculin, le groupe et ses collaborateurs, les senateurs, nos deputes europeens, au feminin et au masculin, plus nombreux au feminin qu’au masculin, je demande qu’on le note au passage.

Le parti democrate europeen avec Sandro Gozi, qui etait la et tous ceux qui, la i  nouveau au feminin bon nombre et au masculin, ont prepare, installe, accompagne, encadre et securise ces journees.

Il y avait naturellement, dans l’atmosphere, quelque chose qui n’existait nullement nos autres annees, car, sur chaque pan de mur et dans chaque reflet des baies vitrees de Guidel, pour nombre d’entre nous, le visage et Notre silhouette de Marielle, la classe, la volonte et le courage de Marielle, de Marielle vivante et, Afin de nous, cela compte bon nombre.

Charles Peguy, adores bon nombre aussi, disait que, dans l’histoire, il y avait des periodes et des epoques. Mes periodes, c’est lorsqu’il ne se marche nullement grand-chose, que nous avons des evenements qui sont des evenements a la dimension de nos vies, parfois microscopiques. Nous avons l’impression que le cours des trucs ne change nullement, ne change guere, ainsi, il y a les epoques et le terme “epoque” a quelque chose encore epique : il se passe de plus grandes trucs, Il existe Sans compter que grands dangers, Il existe En plus grands dangers et les epoques accouchent, en general, d’un monde nouveau, d’un monde inedit.

Eh bien, sans se fourvoyer, nous pouvons dire que nous voila au c?ur de la epoque et cela donne la dimension de une responsabilite.

Si nous voulons egrener, ne serait-ce que deux evenements majeurs – les gilets jaunes, d’un cote, et l’epidemie, de l’autre -, la signification des deux evenements reste, i  mon sens, absolument frappante.

Le premier, nos gilets jaunes, c’est un evenement social et culturel, inedit car, d’habitude, des revoltes se passent aux marges une societe et, la, Afin de la premiere fois, les gilets jaunes n’etaient nullement des Francais des marges, n’etaient nullement des Francais peripheriques. C’etait des Francais du c?ur en societe francaise, enracines tres souvent ayant des situations des metiers, des retraites, qui en faisaient des integres et, tout d’un coup, ces integres ont constate qu’ils etaient des desintegres, qu’ils etaient en secession et en secession assez profonde, nous le retrouvons encore en manifestations d’aujourd’hui, contre des legitimites qui etaient, jusqu’alors, acceptees sans la moindre discussion.

D’ailleurs, si nous voulions ecrire l’histoire des derniers siecles, aussi c’est une mise en cause progressive des legitimites que tout le monde acceptait. Ca a commence via la religion et, Dieu sait, chez nous, que la mise en cause de cette legitimite a ete consequente.

Cela a continue par les pouvoirs politiques. Nous avons l’habitude. Ca semble s’i?tre poursuivi par nos pouvoirs mediatiques et, Dieu sait que les journalistes, je les regarde avec amitie, ils sont eux aussi au c?ur en contestation et aussi cibles assez fortement.

Ca s’est acheve ou cela a achete le point culminant dans quelque chose qui etait absolument inattendu, la derniere legitimite qui etait respectee via tout le monde, c’etait ma legitimite scientifique et singulierement la legitimite medicale, mais le fait que les medecins se soient echarpes en direct sur l’ensemble des chaines pendant des mois et des annees a fera que une telle derniere legitimite-la reste, de nos jours, mise en cause, avec une question tres simple : “Qui es-tu, toi, Afin de me penser votre que je dois faire ?”.

Selon quelle autorite pretends-tu me dicter la conduite ?

Et ceci cree un monde d’abord qui nous permet de constater un certain nombre de nos echecs et l’echec educatif en est un. J’ai consacre mes ri?ves a cette question de l’echec de l’education. Mon premier livre s’appelait “J’ai decennie de malappris”, car je sentais bien, des cette epoque lointaine, que nous avions seulement un probleme de contenu, d’efficacite et de legitimite d’la transmission.